Archives municipales

Image d'illustration de la page Archives municipales

Présentation

Mende est la seule ville de Lozère à posséder un service d'archives municipales constitué sous la responsabilité d'un archiviste municipal. Sa mission est de conserver la mémoire locale et de gérer l’ensemble des archives produites par les services municipaux.

 

Mende est la seule ville de Lozère à posséder un service d’archives municipales constitué sous la responsabilité d’un archiviste municipal. Sa mission est de conserver la mémoire locale et de gérer l’ensemble des archives produites par les services municipaux.

La commune de Mende conserve la totalité de ses archives contemporaines et archives modernes utiles à la gestion courante comme l’état civil (série E), le cadastre (série G), les bâtiments (série M), la voirie, les réseaux (série O) et les biens communaux (série N). Elle a aussi conservé pour les autres séries modernes, les documents postérieurs à 1900 (postérieurs à 1853 pour les délibérations du conseil municipal). Elle conserve également des archives d’anciennes associations ou organismes ayant un lien direct avec la commune de Mende.

Cliquer ici pour accéder à l’inventaire des archives municipales

La communication des archives publiques est encadrée par les prescriptions du code du patrimoine. Les archives publiques sont en principe librement communicables dès leur création ; cependant, certains documents ne le sont qu’à l’expiration d’un délai défini par rapport aux intérêts que la loi entend protéger (vie privée, personnes mineures, secret industriel et commercial, sécurité publique, secret médical…). Les documents sont consultables dans la salle de lecture uniquement.

Consulter le code du patrimoine

Par ailleurs, et conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur, la communication d’un document peut être interdite si celle-ci est susceptible, en raison de l’état du document, de porter atteinte à sa conservation.

Historique de la conservation

Mende a la chance d’avoir conservé un grand nombre de ses archives anciennes qui remontent au XIIIe siècle, malgré des pertes dues aux événements historiques (prise de la ville par les protestants en 1579, brûlements révolutionnaires et prise de la ville par Charrier en 1793). Plusieurs inventaires des titres de la ville ont été rédigés en 1507, 1644 et 1768.

À partir de l’établissement du consulat en 1469, les archives ont été conservées dans la maison consulaire sous la garde du greffier. Au XVIe  siècle, elles sont installées dans la tour des archives (près de la porte d’Aigues-Passes) où elles sont pillées par les troupes de Mathieu Merle en 1579. A son départ en 1581, celui-ci emporte de nombreuses archives que les consuls, pour les besoins d’un procès, font rechercher en Dauphiné en 1622. Les documents, désormais confiés à un garde des archives, réintègrent une salle de la maison consulaire. En 1718, le meuble où sont conservées les archives possède 3 clefs (1 pour président de la maison commune, 1 pour le premier consul, 1 pour le greffier). La collecte des titres restés aux mains des anciens greffiers se poursuit tout au long du XVIIIe siècle.

Lors de la Révolution, la municipalité s’installe dans une dépendance de l’ancien couvent des Carmes (actuelle rue de la République). En 1852, elle achète l’ancien hôtel particulier des Moré de Charaix situé place d’Angiran qui devient l’Hôtel de Ville. La bibliothèque est installée au second étage avec les archives.

Le classement des archives anciennes est l’œuvre de l’archiviste départemental Ferdinand André (1864-1893). Il y consacre plusieurs années à partir de 1867 et publie l’inventaire en plusieurs séquences à partir de 1875.

Les inspections successives notent :

  • En 1906 : désordre des archives révolutionnaires.
  • En 1909 : archives historiques inventoriées et en ordre mais rangées sans soin dans un local encombré.

Le classement du fonds d’archives modernes (très riche pour la Révolution) commence en 1879. Le maire René Estoup (1956-1971), passionné d’histoire locale ordonne son classement sur fiches et aménage les combles en salle d’archivage (72 mètres linéaires).

Vers 1962, les archives anciennes sont déposées aux Archives départementales et une exposition consacrée aux institutions municipales clôture ce travail en 1963.

En 2000, la construction de la mairie annexe a permis à la ville de créer un véritable service d’archives municipales confié à un archiviste, avec un local équipé de rayonnages mobiles au sous-sol de la mairie annexe (985 mètres linéaires actuellement). Le déménagement des documents a duré deux ans et les archives modernes jusqu’en 1900 (toutes séries sauf registres d’état civil, réseaux, bâtiments, biens) ont été déposées aux Archives départementales. Les autres séries et les archives postérieures à 1900 sont conservées dans le magasin des Archives municipales (retour en mairie des affiches de la guerre de 1914-1918 déposées en 1996).

Valorisation et actualité

Régulièrement, le service des archives municipales de Mende participe à des actions de restauration et de valorisation des archives communales. Il participe à l’organisation d’exposition, de conférence ou autre projet de mémoire pour le grand public et les scolaires.

Contact

Archives municipales

Maire annexe (entresol, niveau -1)

Place Charles de Gaulle, 48000 MENDE

Tel : 04 66 49 85 45

Mail : archives@mende.fr

 

Ouverture au public sur rendez-vous du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h.